La cité de la peur

mardi 26 mai 2009 à 21h
au cinéma LE FOGATA
Ile Rousse



Date de sortie : 9 mars 1994
Réalisé par Alain Berbérian
Avec
  Alain Chabat, Chantal Lauby,
    Gérard Darmon, ...
Film français.
Genre : Comédie
Durée : 1h 39min.
Année de production : 1994

Synopsis :

Odile Deray, attachée de presse, vient au Festival de Cannes pour présenter le film "Red is Dead". Malheureusement, celui-ci est d'une telle faiblesse que personne ne souhaite en faire l'écho. Mais lorsque les projectionnistes du long-métrage en question meurent chacun leur tour dans d'étranges circonstances, "Red is dead" bénéficie d'une incroyable publicité. Serge Karamazov est alors chargé de protéger le nouveau projectionniste du film...



Amazone.fr

Scénariste de renom
Premier film de Les Nuls, La Cité de la peur est un joyeux bazar, légèrement foutraque, dans lequel on retrouve tout ce qui amuse les anciens trublions de Canal dans le cinéma. Humour absurde, hommages appuyés aux Monty Python, et surtout aux ZAZ (Zucker, Abrahams, Zucker, auxquels ont doit tout, ou partie, de la série des Y a-t-il…), et avalanche de gags se succédant jusqu'à l'overdose. Voilà la recette d'un film inabouti mais sympathique, et par moment franchement hilarant. Multipliant les parodies (polar, film d'horreur, comédie musicale, tout y passe, sauf peut-être le western) et les détournements (jusqu'aux derniers instants du générique de fin), Les Nuls font facilement oublier les faiblesses d'un scénario-prétexte. Un régal pour leurs fans, qui apprécieront d'autant plus le clin d'oeil à Bruno Carette, sur les marches du palais des Festivals. --Georges Dabeliou

Synopsis
Vent de panique au Festival de Cannes. Un serial killer sème la terreur sur la Croisette. Sa particularité : il exécute ses victimes exactement comme l'assassin de «Red id Dead», un film d'horreur à petit budget. Une aubaine pour Odile Deray, l'attachée de presse, qui convoque aussitôt Simon Jeremi, l'acteur un peu simplet de cette série Z. Pour le protéger (et surtout pour la frime), elle fait appel à Karamazov, un garde du corps plus intéressé par les filles que par sa mission : amener vivant le trio jusqu'à la montée des marches.