ANOTHER HAPPY DAY

le mardi 20 mars 2012 20h30
au cinéma LE FOGATA
Ile Rousse


       

Eliot, ne sois pas surpris, pendant la dernière désintox
    j'ai dit que tu étais en Suède. En suède. Quoi ? . . .


Réalisé par Sam Levinson
Avec Ellen Barkin, Ezra Miller,
      Kate Bosworth,
Long-métrage Américain
Genre : Comédie
Durée : 1h 55mn.
Année de production : 2011
Date de sortie : 1 février 2012
Distributeur : Memento film distribution



Synopsis :

Lynn débarque chez ses parents pour le mariage de son fils aîné, Dylan. Elle est accompagnée de ses deux plus jeunes fils, Ben et Elliot. La propension de ce dernier à mélanger alcool, drogues et médicaments ne le prive pas d'une certaine lucidité sur la joie des réunions de famille.
Et la réunion, de fait, est joyeuse : grands-parents réac, tantes médisantes, cousins irrémédiablement beauf.
Sans compter le premier mari de Lynn qui arrive flanqué de sa nouvelle femme tyrannique.
Chaque matin annonce décidément un nouveau jour de bonheur.
Une comédie sur des adultes en guerre, des ados en crise et le mariage qui les rassemble tous... pour meilleur et pour le pire.         article
sur

"Another Happy Day" : un mariage de trop

Sam Levinson est au cinéma ce que la Belle au bois dormant est à l'aristocratie : né d'une haute lignée (son père, Barry Levinson, a réalisé Diner et Rain Man), les fées se sont penchées sinon sur son berceau du moins sur son premier film, qui réunit une distribution éblouissante, mêlant légendes hollywoodiennes et jeunes talents. Et pourtant, ses premiers tours de caméra ne valent guère mieux que les premiers tours de rouet de la princesse du conte. A ceci près que Sam Levinson a été sa propre fée Carabosse et s'est maudit tout seul.
Scénariste d'Another Happy Day, il en fait un nouvel exemple d'un sous-genre cher au cinéma indépendant américain : le film-catastrophe matrimonial. Et si l'on veut raffiner encore la taxonomie, il s'agit même d'un film-catastrophe matrimonial à fratrie dysfonctionnelle (voir Rachel se marie, de Jonathan Demme).
    suite:     article sur



Kate Bosworth: "N'importe qui peut se prétendre réalisateur"

Quelle a été votre première réaction à la découverte du scénario d'Another Happy day?
J'ai trouvé incroyable qu'on puisse écrire un scénario aussi brillant à 21 ans. J'ai été particulièrement frappée par la capacité de Sam Levinson à parler avec autant de maturité de la famille et des différentes générations qui la composent. C'est un petit prodige et jamais jusque là je n'avais été dirigée par quelqu'un de plus jeune que moi (rires). Mais j'ai pu avoir la confirmation de cette maturité sur le plateau. Je peux vous assurer que Sam sait ce qu'il veut et que sa confiance rejaillit sur ses acteurs, d'autant plus qu'il est très à l'écoute de nos propositions. Ceci n'a d'ailleurs surpris aucun d'entre nous car nous avions tous reçu avant le tournage une lettre de lui nous expliquant pourquoi il était heureux qu'on joue dans son film, ce qu'il voulait et comment il voulait travailler : en équipe. J'ai donc abordé Another happy day en pouvant totalement m'appuyer sur lui
    suite:     article sur