TERRAFERMA

Mardi 8 mai 2012 20h30
au cinéma LE FOGATA
Ile Rousse


       



Réalisé par Emanuele Crialese
Avec Filippo Pucillo, Donatella Finocchiaro, Mimmo Cuticchio,
Long-métrage Italien, Français
Genre : Drame
Durée : 1h 28mn.
Année de production : 2011
Date de sortie : 14 mars 2012
Distributeur : Bellissima Films

: 1 prix et 16 nominations


Synopsis :

Une petite île au large de la Sicile, à proximité de l’Afrique. Filippo, sa mère et son grand-père n’arrivent plus à vivre de l’activité traditionnelle de la pêche. L’été arrivant, ils décident de louer leur maison aux touristes, qui arrivent de plus en plus nombreux chaque année. Un jour Filippo et son grand père sauvent des eaux un groupe de clandestins africains malgré l’interdiction des autorités locales. Les familles de pêcheurs, jeunes et anciens, se confrontent alors sur l’attitude à tenir : faut-il les dénoncer aux autorités pour la quiétude des touristes ou respecter les valeurs morales de solidarité héritées du travail de la mer ?         article
sur



"Terraferma" : l'impossibilité d'une île

Si l'on veut une preuve de l'impuissance du cinéma, on prendra l'exemple du sort des immigrants qui, s'ils ne meurent pas en mer, sont détenus, pourchassés, en tentant d'arriver jusqu'en Europe. Voilà plus de dix ans que les réalisateurs s'en sont emparé et la situation n'a guère changé, à moins que l'accoutumance soit un changement.
Terraferma, quatrième long métrage d'Emanuele Crialese, raconte le sort d'une Africaine échouée dans une île au sud de la Sicile et sort une semaine après Indignados, de Tony Gatlif, qui évoquait déjà cette situation au risque de susciter la méfiance, voire la lassitude avant d'être vu. Ce serait injuste pour un film qui ne se résume pas à sa contribution au débat sur l'immigration.
Il s'agit en fait d'une suite à Respiro. Portrait d'une femme qui étouffe dans une île trop petite pour elle, ce joli film connut le succès à sa sortie, en 2002. Il était déjà tourné à Lampedusa, mais l'île n'était pas nommée, simplement filmée avec amour, dans son isolement farouche, dans la beauté de ses eaux transparentes et de ses grottes marines qui évoquaient forcément la mythologie grecque.
    suite:     article sur