Au cul du loup

le mardi 24 septembre 2013 20h30
au cinéma LE FOGATA
Ile Rousse


           


« Au Cul du Loup » en présence de son réalisateur Pierre Duculot qui nous fait
   l’immense honneur d'inaugurer cette rentrée sous le signe de la complicité.



Réalisé par Pierre Duculot
Avec Christelle Cornil,
  Francois Vincentelli, J.-J. Rausin
Long-métrage Français, belge.
Genre : Drame
Durée : 1h 20mn.
Année de production : 2012
Date de sortie : 22 août 2012
Distributeur : Perspective Films
Récompenses :
      Festival international
        du film d'Amiens 2011

      2 prix et 3 nominations

voir la bande annonce  

Synopsis :

Christina, bientôt 30 ans, vit dans la région de Charleroi en Belgique, avec Marco, son petit ami.
A la mort de sa grand-mère, elle hérite d’une maison en Corse. Dans son entourage, personne ne semble savoir pourquoi la vieille dame possédait cette maison. Sa famille presse Christina de vendre son bien. Mais elle s’y refuse.
Elle veut comprendre pourquoi sa grand-mère lui a laissé cet étrange legs. Elle voit aussi en cet héritage une occasion unique de remettre en question sa vie monotone. Sur un coup de tête, elle part seule à la découverte de sa maison. Ce voyage va bousculer son existence. Et celle de ses proches.         article
sur

A l'origine

Les idées de départ de Pierre Duculot en ce qui concerne Au cul du loup étaient multiples et variées : "D’abord, l’envie de parler de Charleroi et de la Corse, deux régions que je connais. Ensuite, l’idée de prendre son destin en main (...) Et enfin, l’envie de travailler avec Christelle Cornil."

Christelle Cornil

Le rôle principal d'Au cul du loup est tenu par Christelle Cornil. Cette actrice belge était, jusqu'ici, cantonnée aux seconds rôles. Pierre Duculot lui offre donc son premier grand rôle au cinéma, après avoir déjà fait appel aux services de la comédienne dans ses courts métrages "Dormir au chaud" et "Dernier voyage".

Deux destinations opposées

Christina, l'héroïne d'Au cul du loup, vit dans la région de Charleroi en Belgique et hérite d'une maison en Corse. Le tournage du film s'est donc partagé entre ces deux lieux opposés. Cependant, Pierre Duculot, le réalisateur, a souhaité éviter les clichés, qui font souvent de Charleroi l'une des villes les plus laides d'Europe et de la Corse une île paradisiaque. Le film représente donc la province de Hainaut de façon plus chaleureuse qu'à l'accoutumée, et ne montre de la Corse qu'un petit village de montagne déserté par la jeunesse.

"Au cul du loup" : carte postale de la Corse en hiver     Le Monde.fr | 21.08.2012

Une fois énoncé de le synopsis de ce premier film belge (une jeune chômeuse de Charleroi hérite d'une maison en Corse, se rend sur place et - conquise par le paysage et un berger - décide de rester), on ne sait plus trop quoi en dire. La simplicité de Au cul du loup (titre vaguement rabelaisien qui ne sied guère au film) est pour le moins désarmante.
Bien sûr, cette trame est enrichie de quelques péripéties, un secret de famille, des brouilles et des réconciliations. Cette dramaturgie convenue, qui fait penser aux fictions télévisées des années 1960, ne semble guère intéresser le réalisateur, qui cherche à tout prix à rendre palpable son amour pour la Corse. Il en filme les paysages hivernaux, dont il fait contraster la beauté austère avec les sinistres friches industrielles wallones, d'une façon très classique.
On le sent aussi très désireux de construire un personnage de femme décidée à prendre son destin en main, et il trouve en Christelle Cornil une interprète tout à fait au diapason de son projet, qui invente un personnage dont la naïveté force la sympathie des plus patients.       article sur