Sugar Man

le mardi 19 mars 2013 2013 20h30
au cinéma LE FOGATA
Ile Rousse


       


L'Académie des Oscars a primé dimanche 24 février "Searching for Sugar Man", un documentaire qui retrace le destin singulier du chanteur américain Sixto Rodriguez


Réalisé par Malik Bendjelloul
Avec Sixto Díaz Rodríguez,
  Stephen Segerman, Dennis Coffey
Long-métrage Britannique , suédois.
Genre : Documentaire
Titre original : Searching for Sugar Man
Durée : 1h 25mn.
Année de production : 2012
Date de sortie : 26 décembre 2012
Distributeur : ARP Sélection
Récompenses :
      6 prix et 1 nomination

voir la bande annonce  

Synopsis :

Au début des années 70, Sixto Rodriguez enregistre deux albums sur un label de Motown. C'est un échec, à tel point qu’on raconte qu’il se serait suicidé sur scène. Plus personne n’entendit parler de Rodriguez. Sauf en Afrique du Sud où, sans qu’il le sache, son disque devint un symbole de la lutte contre l’Apartheid. Des années plus tard, deux fans du Cap partent à la recherche de “Sugar Man”. Ce qu’ils découvrent est une histoire faite de surprises, d’émotions et d’inspiration.         article
sur


Premier pas

Sugar Man est le premier long-métrage réalisé par Malik Bendjelloul.


Avant les salles obscures

Au départ, Sugar Man devait être un documentaire de 30 minutes, diffusé à la télévision. C'est après avoir écouté les chansons de Sixto Díaz Rodríguez que le cinéaste décida de réaliser un long-métrage.


Point de départ

C'est à la suite de son voyage en Afrique du Sud que Malik Bendjelloul a eu l'idée de réaliser Sugar Man. Sa rencontre avec Stephen Segerman au Cap, qui lui a raconté l'histoire de Rodríguez, l'a déterminé à réaliser ce documentaire, le cinéaste considérant que ce que ce musicien a vécu devait absolument être transposé à l'écran. Il a lui-même avoué avoir écouté la musique de Rodriguez autrement après avoir découvert sa vie et ses combats.


"Sugar Man", le conte de Noël d'un rockeur miraculé
    Le Monde.fr | 12.06.2012



On peut voir en Sugar Man la preuve de l'existence du dieu des documentaristes. Une force bienveillante a veillé sur le projet de Malik Bendjelloul, réunissant en une conjonction planétaire les souvenirs de jeunesse de contestataires sud-africains, les échos de l'explosion folk-rock qui secoua la musique américaine il y a quarante ans et la personnalité stupéfiante d'un parfait inconnu qui aurait pu (dû) être une star mondiale.
Le jeune réalisateur suédois en a fait un film gracieux qui met juste assez longtemps pour dévoiler son héros (ici, le terme n'est pas employé à la légère), afin que son apparition soit un éblouissement.
Au commencement, il y a une trace : des dizaines de milliers de disques vinyle d'un artiste américain nommé Rodriguez, vendus en Afrique du Sud. Celui-ci a enregistré deux albums pour le label Sussex en 1970 et 1971. Dans le torrent de nouveautés qui déferlait à l'époque sur les bacs des disquaires     suite:     article sur